Pourquoi ? Pour qui ?

Le marché du spectacle vivant est une branche importante de l’économie de la culture en France. Peu souvent mis en lumière pour sa réalité économique, il est pourtant d’un dynamisme croissant.

Il ressort d’une étude menée dans le cadre de la Conférence pour l’emploi dans le spectacle (octobre 2015) que le secteur est en pleine effervescence et que le chiffre d’affaires des secteurs du spectacle a augmenté de 12 % entre 2000 et 2013, soit une croissance nettement supérieure à celle de l’ensemble de l’économie (8%).

(Sources « Éléments de diagnostics sur la situation des entreprises et de l’emploi dans le spectacle vivant, l’audiovisuel et le cinéma » – octobre 2015)

Le marché du spectacle vivant en France c’est :

  • Un chiffre d’affaire de 8,38 milliards d’euros en 2015
  • Près de 19 160 entreprises (dont plus de 6 000 lieux de diffusion et plus de 1 500 festivals)
  • 43 000 associations culturelles dédiées au spectacle vivant
  • plus de 5 000 créations/an pour des centaines de représentations annuelles.

(Source « Coulisses – chiffres clés du spectacle vivant »)

 

Pour QUELSPECTACLE.COM nous devons prendre en considération la francophonie et ainsi ajouter aux précédents chiffres :

  • 96 Instituts français
  • 822 Alliances françaises
  • 380 lieux de représentations en Suisse
  • Plus d’une centaine de lieux en Wallonie
  • Plus de 500 lieux au Québec
  • Et tous les lieux de représentation dans les 84 états de l’Organisation Internationale de la Francophonie

QUELSPECTACLE.COM se définit comme le partenaire des différents acteurs de la filière (producteurs, diffuseurs et programmateurs).

Nos premiers clients sont les programmateurs. Cette catégorie n’est pas constituée seulement de directeurs ou de professionnels de la programmation de lieux de diffusion. Il y a aussi les élus des collectivités territoriales (qui n’ont pas toujours les connaissances des spécificités du spectacle vivant, le temps d’aller voir des spectacles loin de leur communes…), les directeurs d’Instituts français ou d’Alliances françaises qui doivent ponctuellement trouver des spectacles en lien avec les thématiques de leur établissement et répondant à des critères techniques et budgétaires très précis, les organisateurs d’événements qui programment occasionnellement des spectacles et doivent répondre au cahier des charges précis de leur client…

Pour les producteurs/diffuseurs c’est un nouveau vecteur de communication. QUELSPECTACLE.COM leur donne l’opportunité d’avoir une nouvelle visibilité. L’outil leur permettra de donner un maximum d’informations. Toutes les informations artistiques concernant les productions bien sûr (titre, résumé, auteur, metteur-en-scène, distribution, etc.) mais aussi le prix de cession du spectacle (ou une fourchette), les dimensions techniques nécessaires à l’exploitation du spectacle et le calendrier des disponibilités. Ces informations permettront un gain de temps pour la mise en relation. Mieux le producteur/diffuseur renseignera ses fiches spectacles, plus la mise en relation sera pertinente

Chaque producteur/diffuseur a la possibilité ainsi d’archiver les propositions au fil des saisons. QUELSPECTACLE.COM sera ainsi une formidable mémoire de ses productions mais plus généralement LA mémoire du spectacle vivant dans toute sa diversité.

QUELSPECTACLE.COM entraîne une véritable évolution des pratiques de la profession. Avec la transition numérique il est important que les métiers de la culture changent leur méthode de travail.

Il n’est pas éco-responsable de continuer à imprimer des milliers de brochures, dossiers et divers prospectus qui sont souvent mis à la poubelle ou qui s’entassent dans un coin de bureau. Une communication numérisée permet d’être visible de tous immédiatement. Elle a l’avantage d’être modifiable aussi souvent que nécessaire, n’obligeant pas à envoyer des rectificatifs à chaque fois.

Il est chronophage de passer en revue les différents catalogues qui référencent des spectacles. Ces supports sont souvent sélectifs ou catégoriels. La prise contact (par téléphone ou par courriel) est souvent longue avant de parler à la bonne personne ou avant d’obtenir toutes les informations nécessaires à la prise de décision.